"Trinacria, taking its name from the old Greek name of the triangular‐shaped island, is a group sprung from the ashes of Palermo‐based outfit Tammorra, with multi‐instrumentalists Salvatore Meccio (voice, chitarra battente, guitars and percussion), Massimo Laguardia (voice, frame drums, charango) and Vittorio Catalano (voice, ciaramella, and various woodwind and brass instruments).

      In the 12 acoustic tracks of 'Tu comu stai ?' timbres intermingle naturally ; the open-minded trio keep their feet planted in the island’s culture, though creating beguiling, border-crossing compositions in wich Mediterranean and contemporary singer-songwriter tinges can be discerned.  

      One of the album’s highlights, ‘Luci di Lampara’ deals with the tragedy of migrants who have died off the Sicilian coast." 

                 

                                                                                                                                         CIRO DE ROSA – Songlines Magazine, issue 97 - 2013

« Quand la très populaire tradition des rythmes et des percussions du sud de l'Italie – « tammorra » et autre « tamburello » – s'allie à celle, toute en finesse, de la poésie en langue sicilienne, c'est l'âme d'une île qui se révèle, pudique et sensuelle à la fois. Sur le tissage subtil de timbres originaux et contrastés, ceux des cordes un peu acides de la « chitarra battente », du souffle velouté du hautbois « ciaramella » ou de celui plus criard de la grande cornemuse « zampogna », les textes évoquent l'exil, l'émigration, la mort, mais aussi et surtout l'amour et une inaltérable soif de vie de tous les instants.

La musique de Trinacria, c'est celle des fiançailles immortelles de la terre et de la mer, du soleil et des étoiles. »       

 

VINCENT  ZANETTI, L'écoute des mondes, RTS / Radio Télévision Suisse, novembre 2013

      "De la chanson sicilenne d'aujourd'hui, très inspirée de la tradition qui transpire ou affleure tout au long de ce disque. Ces trois chanteurs musiciens composent dans leur dialecte. Ils emploient la magnifique guitare "battente", les percussions sur cadre, la zampogna, les ciaramella et autres friscalettu du cru mais aussi les guitares, charango, flûtes diverses ou saxophone. Les instruments du sud dominent. Les voix sentent la poussière chaude de cetteìle dont les chanteurs furent les meilleures chroniqueurs. Ici, les chansons nous parlent de l'amour, de la vie, de la mort et de ces exilés qui s'entassent dans des embarcations de fortune sur une mer hostile. La voix dirige cette poésie que les musiciens habillent subtilement, sans surcharge, sans erreurs. Un disque humaine, simplement, parfaitement."

                                                                                                                                   ETIENNE BOURS - TRAD Magazine n° 152 novembre/décembre 2013

20th position in the World Music Network UK - Audio Charts - December 2013

Intervista ai Trinacria e recensione CD - Blogfoolk n.151 del 15 Maggio 2014 di Salvatore Esposito